« PEUT-IL Y AVOIR UNE IMAGINATION ARTIFICIELLE? »

artistes-et-robots-affiche-7c-630x405-7c-c2a9-dr

Depuis le 5 Avril, le Grand Palais (qui fermera bientôt ses portes pour rénovations malheureusement) présente l’exposition Artistes et Robots.

 

(Je vous invite VIVEMENT à regarder la vidéo pour vous faire une petite idée de l’expo si vous ne l’avez pas vue).

Pour cette exposition, le Grand Palais a – comme toujours – misé grand avec une muséographie des plus impressionnantes pour des œuvres très grand format pour la plupart.

Cet article ne sera certainement pas objectif car je pense y émettre une opinion très forte concernant l’art lié aux technologies.

En effet, à la suite de cette exposition j’ai compris que ces nouvelles technologies étaient inévitables, mais certainement pas mon domaine de prédilection et ce, pour plusieurs raisons. (Attention, cet article n’a pas pour but d’être une dissertation, il est tout simplement le cheminement de mon questionnement au cours et suite à cette exposition).

Capture d’écran 2018-07-05 à 10.59.21.png
EDMOND COUCHOT / MICHEL BRET, Les Pissenlits, 1990-2017, Systèmes de projections variables © Edmond Couchot et Michel Bret
Capture d’écran 2018-07-05 à 11.00.19.png
ORLAN, Orlanoïde, 2017 © ORLAN

 Comme le stipule bien la présentation du Grand Palais pour l’exposition : « ces réalisations contiennent un message. Si l’intelligence artificielle peut nous aider, elle nous menace également de devenir notre maître en réduisant l’humain à un simple esclave ». C’est précisément cela qui m’effraie, personnellement. Pour rester dans le domaine artistique, j’ai cependant pu constater une chose : pour l’instant, la technologie est le support d’une expression artistique qui reste humaine. Que ce soit un bras articulé accompagné d’une caméra qui dessine d’après modèle, ou une imprimante 3D qui imprime des colonnes, ou des petites voitures munies de stylo qui tracent des traits selon un algorithme précis, toutes ont en commun une idée originale générée par l’homme.  Cependant, si le concept est humain, la réalisation artistique (et non pas le processus de création) est donc entièrement due à la machine, et si le travail de la machine peut se rapprocher autant d’une réalisation humaine alors à quand est-ce que la machine pourra, d’elle-même, générer une idée créatrice ? C’est la question que soulève – ou en tous cas qu’a suscité chez moi – cette exposition.

Or, dans la vidéo mentionnée ci-dessus, Jérome Neutres, co-commissaire de l’exposition, parle « d’artistes robots », notion qui impliquerait donc une forme de créativité de la part de ces derniers. C’est cependant ce qu’il semble remettre en question via l’exposition, je me demande alors si ses propos ne trahissent pas sa pensée quant au sujet. Et bien que Laurence Bertrand Dorléac (également co-commissaire de l’exposition) mentionne que les robots artistiques, par oppositions aux robots créés par des ingénieurs, ne servent à rien (si ce n’est créer un affect chez le spectateur) – et questionnant ainsi le rôle de l’art –, et qu’elle questionne, à travers cette exposition, la place des technologies dans notre société, elle ne me semble pas questionner la place du robot vis-à-vis de l’artiste lui-même.

Selon moi, interroger la place de la technologie au sein de la société et l’ampleur que prend l’intelligence artificielle, est une chose ; mais le fait qu’un robot puisse remplacer le travail d’un artiste en est une autre. Effectivement, comme l’a sous-entendu Laurence Bertrand Dorléac, l’art a pour but principal de créer un affect chez le spectateur (si on s’en tient à le réduire à ce but-là bien évidemment). Or, si l’homme a des sentiments et peut donc en créer aussi bien qu’il peut en ressentir, c’est bien parce qu’il est homme. Par déduction, la création humaine est empreinte de sentiments et en crée donc auprès de ceux qui la voit. Mais si une machine peut créer de l’affect, peut faire ressentir un sentiment à une personne tiers, alors on lui confère des capacités qui sont originellement humaines. Et – attention à la conclusion très philosophique qui va suivre – je trouve ça particulièrement effrayant. Cela signifierait que les robots et intelligences artificielles sont en mesure de susciter des émotions chez l’homme que, jusqu’alors, seuls des artistes avaient réussi à susciter. Quelle sera la prochaine étape ? Je crois que j’ai peur de le savoir.

En tous cas, cette exposition est très réussie. Elle est très interactive et donc très vivante et agréable à visiter. Après, en fonction de votre degré d’appréciation de ces nouvelles technologies, vous l’aimerez plus ou moins. L’expo est jusqu’au 9 Juillet, alors allez y vite!

N’hésitez surtout pas à me laisser vos avis sur cette exposition en commentaire, à me contrer, à me dire que je suis folle et parano ou que j’ai une part de vrai !!

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s