De mère en filles

Dominique Drouin a écrit, en quatre tomes, l’histoire d’une généalogie féminine et légèrement féministe (même si je ne suis pas particulièrement fervente de ce mot).

Etendant sa saga sur un siècle entier (à partir de 1890), l’auteure raconte les vies d’Alice, Ariane, Anaïs et Ava, mères et filles. Au fur et à mesure des générations, celles-ci se passent des valeurs aussi bien humaines que valorisant la place de la femme dans la société. Ces femmes, créées par Dominique Drouin sont des femmes indépendantes dans un XXème siècle où la femme ne commence qu’à peine à se faire une place.

Alice, ainée de la saga, débute l’épanouissement féminin de cette famille quelque peu hors norme. Ces femmes sont fortes, affranchies en pensée et en acte, et donnent envie aux lectrices de vivre pour soi, par soi. Chacune d’entre elles, Alice, Ariane, Anaïs et Ava, évolue dans l’air de son temps et le dépasse, en pérennisant des valeurs familiales fortes tout en laissant à la femme une place plus importante dans sa société, et cela en commençant par le cadre familial.

Cependant cette saga ne traite pas que de cela. Nos quatre héroïnes ne sont pas uniquement des femmes fascinantes, elles évoluent aussi dans le milieu artistique du XXème siècle, tout d’abord européen puis Québécois (où l’influence européenne s’atténue au cours des décennies). Effectivement, Alice naît en Provence en 1890, et se passionne par la suite pour le piano, puis s’éprend d’un chanteur d’Opéra. D’ores et déjà Dominique Drouin met en avant l’importance de l’art dans sa saga. Le couple formé par Alice et son chanteur sera alors le premier à déménager au Canada. Ariane (fille d’Alice), quant à elle, sera la première « féministe » à proprement dit, se faisant une place de choix au sein d’une radio locale. Plusieurs mariages, dont un avec un artiste peintre, montreront de cette femme son indépendance, dans une période où le divorce n’est pas bien vu. C’est aussi un personnage au caractère et à l’esprit forts, que j’ai trouvé très inspirant.

C’est ensuite d’Anaïs (fille adoptive d’Ariane) dont il est question, Anaïs qui se passionne pour l’art dramatique et qui fera tout pour réussir sa carrière, à savoir prendre rapidement et radicalement son indépendance surtout… difficile pour une femme, encore une fois, dans une période où la femme prend (cependant) une place de moins en moins dérisoire. C’est enfin Ava (fille d’Anaïs) qui nous est présentée, une nouvelle fois une jeune femme au caractère fort et tout aussi battante que ces aïeules. Elle, se passionnera pour l’écriture…

J’ai trouvé cette saga particulièrement facile et agréable à dévorer pour plusieurs raisons:

  • Les personnages sont à la fois simples et complexes, et donnent aux lecteurs (et tout particulièrement aux lectrices, je pense) une belle leçon de vie: savoir profiter des bonnes choses – notamment de l’art -, vivre pour soi, l’importance de faire des choix sans s’occuper des qu’en dira-t-on, et assumer/affirmer sa place au sein d’une société qui, malheureusement encore aujourd’hui, ne donne pas suffisamment place aux femmes.
  • L’approche de Dominique Drouin est agréable, le lecteur s’attache vite aux personnages (principaux et secondaires) et à cette famille hors du commun. De plus, l’évolution sur un siècle permet également de voir l’évolution de la société (européenne et canadienne en général) rendant l’approche historique, mais aussi l’approche des cercles artistiques des deux pays, très intéressante.
  • Enfin, si beaucoup de saga se détériorent au fur et à mesure des tomes, ce n’est pas le cas de celle-ci. Chaque tome est une histoire à part entière, à qualité égale aux précédents, et Dominique Drouin termine finement son cercle, faisant que – malgré mes quelques larmes, je l’avoue – le lecteur a le sentiment d’avoir achevé sa lecture correctement.

Lecteurs, à vos bouquins !

 

Une réflexion au sujet de « De mère en filles »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s